samedi 20 mars 2021

Un bouquet de jonquilles









À toi, 

Mon hiver, pas encore fané - pas encore ! - mais qui passera bientôt, comme passent les couleurs, doucettement ; 

Mon hiver envolé dont l'éclat délavé, 

Adoucit mon regard qui s'oubliant se perd ;

Au revoir d'un ami !

À toi, 

Mon printemps à peine ébauché, dissimulé sous une feuille, derrière un rideau de lierre, à l'abri d'une pierre ; et qui frémit, oscille, hésite et piétine à ma porte ;

Mais qui clopin-clopant, d'un pétale matamore, du vol infléchi de la mésange liant les arbres de son fil invisible, s'enhardit, passe une épaule, hésite, s'interrompt, puis s'installe à demi ;

Tu es ici chez toi !

À vous,

Mon printemps esquissé, ma tendresse, mon oubliée-remémorée, et mes pensées défuntes ressuscitées d'un seul semis ! savourées à proportion de la joie de lire, écouter, humer, percevoir la tendresse du monde étourdi !

À toi, mon aimée, mon hier, et toi mon présent amour, en trait d'union de mes deux mondes - est-ce seulement possible ? 

À toi et moi et nous, 

Et peut-être jusqu'à vous, 

J'offre ce bouquet de jonquilles, que je devrais appeler narcisses, mais qui seront l'exception offerte au poète, l'ami, l'homme allongé sur l'herbe cajoleuse...

Le redevenu enfant, dont le souvenir des bouquets offerts jadis a gravé dans un marbre cotonneux le joli nom de : jonquilles.

J'offre ce bouquet dont j'ai enfoui sous terre les bulbes à l'issant de l'hiver, en pensant à ce jour aujourd'hui advenu :

Le printemps des amitiés-velours.



16 commentaires:

  1. coucou Pierre
    Qu'ils sont beaux ces soleils qui parés de ce jaune lumineux font espérer encore plus le printemps qui fait des siennes, frileux qu'il est préférant sans doute éblouir je ne sais quel endroit du monde peut être pour faire oublier à ceux chez qui il s'est invité la folie de notre pauvre monde d'aujourd'hui
    Comme ton jardin doit être agréable avec ces jolis amis
    Très belle soirée au chaud tant qu'à faire, peut-être la dernière sous la fraicheur de l'hiver
    des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christine !

      Le printemps effectivement est un peu timide...
      ...Il n'en sera que plus éclatant !

      Bon dimanche dans la grisaille.
      Pierre

      Supprimer
  2. un jardin où il fait bon flâner en compagnie de vos jolis mots.. quel enchantement que de venir ici vous lire ? Chaque saison est poésie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci.
      Chaque saison est poésie, et le passage d'une saison à l'autre l'est mieux encore.
      Heureux dimanche d'un printemps à tâtons.
      Pierre.

      Supprimer
  3. Merci pour ce beau bouquet et ce texte plein de tendresse. Ta petite elfe joue toujours aussi bien et dans un nouveau cadre merveilleusement romantique. Quel merveilleux choix de daffodils dans ton jardin. Je suppose que ce cours d'eau tout paisible passe pas loin de chez toi. Je te souhaite un bon dimanche avec un temps un peu plus réjouissant que le temps maussade d'ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce cours d'eau passe dans mon jardin !
      Merci Judith, bon dimanche oui, malgré la grisaille, mais que vient contredire le soleil en nos cœurs.
      Pierre

      Supprimer
  4. Très joli texte Pierre, rempli de poésie, comme la vidéo où ta fille est si jolie, merci à elle et à toi de nous offrir ces doux moments. Ici il fait gris, le printemps ne semble pas prêt à venir, le jardin se réveille tout doucement. Je te souhaite une belle semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Céline,
      Ici, malgré la fraîcheur matutinale, le printemps frémit : les après-midis sont doux. Les bulbes se lancent dans leur grande floraison, comme une guirlande qu'on allume.
      Bonne journée !
      Pierre

      Supprimer
  5. Si Vivaldi avait utilisé des mots et non des notes pour ses Saisons, il aurait choisi les tiens. Peut être que ta fille saurait mettre tes mots sur ses accords de guitare. Partition printanière à suivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chinou pour cette comparaison ô combien flatteuse. Tu vises juste : en ce moment la demoiselle compose ! Interprétation printanière à suivre, donc !
      Bonne journée,
      Pierre

      Supprimer
  6. Jolie collection :-)
    Moi le printemps je l'attends toujours... Il est bien timide malgré le réveil de nos bulbes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'adore les narcisses. J'en use et abuse ! Comme on ne peut pas les mélanger aux autres plantes dans les bouquets à cause de leur toxicité, j'en fais des bouquets en camaïeux !

      Bonne journée - de patience, patience, car le printemps est à nos portes !
      Pierre

      Supprimer
  7. Comme j'aime tes jolis et doux mots pour nous annoncer l'arrivée du printemps qui vient sur la pointe des pieds tantôt frais, tantôt plus doux mais la nature sait nous émerveiller en nous offrant en temps voulu ces magnifiques jonquilles. C'est du soleil dans le jardin et dans la maison.

    Merci à ta petite fée pour son beau morceau printanier.

    Belle journée Pierre

    Bises ensoleillées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise,

      Printemps certes timide, mais printemps tout de même !
      Les fleurs qui chaque jour s'enhardissent un peu plus ne me contrediront pas.

      Belle journée - de printemps donc !
      Pierre

      Supprimer
  8. Eclatantes et éphémères, c'est sans doute bien ainsi..
    Une caresse sur la joue de ta petite Elfe...

    RépondreSupprimer
  9. Comme j'aime venir sur ton blog ! et cette vidéo de guitare, dans le jardin, me bouleverse. J'ai perdu au mois de septembre dernier une copine de blog avec qui je partageais l'amour de la guitare (principalement classique, mais pas que). Elle avait enregistré il y a une dizaine d'années, quelques morceaux dans son jardin, des improvisations, de ses créations. Merci pour ces moments merveilleux.

    RépondreSupprimer

Réflexions d'un printemps attendri

  J'ai aimé, été aimé, et son cœur n'en a fait qu'à ma tête. Comme je ne savais pas si je devais en rire ou en pleurer, j'ai...