mardi 2 mars 2021

Aphorismes - l'humeur printanière



Le jardin a ceci de commun avec l'esprit humain : les pensées qui s'y invitent ont toujours plus de charme que celles que l'on croit devoir imposer.

---

C'est une chose étrange que l'amour : tu apportas tes tremblements, moi les miens, et nos mains une fois jointes cessèrent toute agitation. Nos deux fleuves tumultueux jetés l'un contre l'autre faisaient mer d'huile.

(Dans laquelle j'ai fini par nous noyer - mais c'est une autre histoire)

---

Paradoxe troublant : il est plus facile d'aimer très fort que d'aimer tout court.

---

Je n'ai pas le sens de la ligne droite. Les virages ratés, les chemins de traverse, les chutes dans les ravines : c'est là mon code de la route.

---

Une étagère de sa bibliothèque raconte un homme mieux que tous les discours, panégyriques, notices biographiques et autres racontars.

En l'espèce, cette étagère donne une bonne image du désordre qui règne dans mes pensées


---

L'esprit décide, ou plutôt le croit-il ; mais c'est assurément le cœur qui dirige.

---

Il nous faut cultiver nos faiblesses, car elles ont besoin de toute notre attention. Nos forces, elles, ont des racines puissantes, et se passent très bien de nous.

---

Certaines hontes, une fois bues, font d'honnêtes élixirs.

---



19 commentaires:

  1. Nos forces ont des racines tellement puissantes qu'il est parfois nécessaire de les canaliser et il en va de même pour l'amour que l'on éprouve. Quant à l'étagère, ce n'est pas un éventuel désordre qui saute aux yeux mais plutôt un objet qui en dit plus sur "l'Homme " lumineux mais un brin mystérieux qui utilise ce flacon mythique comme un cale-livres . Photo , brin de lavande et pot décoré de cœurs sont autant d'indices qui appuient tes mots : "L'esprit décide,.......mais c'est assurément le cœur qui dirige.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette jolie interprétation de mon désordre ! Oui, le cœur dirige. Même si l'esprit parfois lui met des bâtons dans les roues...

      Bon week-end en approche.
      Geontran

      Supprimer
  2. Coucou Pierre
    Moi ce que je vois sur ton étagère n'est pas tant ce que tu appelles le désordre, il faut y regarder de plus près, comme ce petit vase à l'expression toute trouvée, ces brins de lavande comme pour conserver le parfum du jardin pendant l'été, la petite bouteille qui sans doute conserve de bien agréables effluves, un jardin que ta petite étagère si l'on y ajoute le sens des mots, c'est une bien belle alchimie que tout ce petit monde, un monde bien à toi mais qui en dit long sur ce qui se cache derrière ce visage doux et ses jolis yeux bleus, si je me faisais poète je dirais que l'on pourrait s'y noyer tant ce bleu s'y prête
    Très belle journée sous le soleil et la douceur, ça fait un bien fou
    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Christine,

      Douceur et soleil ont été remplacées depuis ton commentaire par ce petit vent glacé qui nous contraint à jardiner avec un bonnet...

      J'aime beaucoup le mot "alchimie" que tu utilises. Finalement, tout est histoire de transformation. Les mêmes ingrédients font des recettes différentes - des vies différentes...

      Je te souhaite un heureux vendredi - puisse le vent nous offrir un ciel clair.
      Pierre.

      Supprimer
  3. Bonjour cher Pierre,

    J'aime tes mots qui en disent long sur ton jardin. Les fleurs sont heureuses et poussent librement, ce qui fait leur charme. Chacune d'elle nous rend heureux.

    Sur ton étagère, je ne vois pas de désordre, au contraire, des livres que tu as a coeur de lire ou relire. J'aime le petit vase avec un délicat brin de lavande et aussi un petit flacon d'eau Sauvage. Tous ces petits trésors te ressemblent bien et merci Pierre de nous dévoiler ce qui fait ton bonheur.

    Que ta journée soit belle et lumineuse avec mes amitiés.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise,

      C'est vrai, je suis un grand relecteur ! Les livres que j'aime m'accompagnent depuis longtemps, et je n'ai pas fini d'user leurs pages...

      Belle et lumineuse journée à toi aussi,
      Pierre

      Supprimer
  4. Si nous cultivons nos faiblesses, nous serons comme ces fleurettes qui poussent dans un coin de rocher, un coin de jardin oublié.. La force est certainement en tout, comme la joie .. j'aime assez la bibliothèque, très vivante, si je peux me permettre cette expression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr : cette expression est réjouissante. Une bibliothèque vivante, c'est le gage d'une vie en mouvement.

      Je pense aussi que la force et la joie ont bien des points communs - comme d'être en tout. C'est notre regard qui les révèle.

      Belle journée Sedna,
      Geontran

      Supprimer
  5. Nous sommes des êtres de chair et de sang, nous avons des pensées qui s'emmêlent parfois mais l'Amour sera toujours le plus fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espérons-le ! Mais oui, je le crois aussi, profondément.

      "S’emmêler" : en voilà un joli verbe !
      Les pensées, les sentiments, l'esprit, la raison s'emmêlent ; et c'est tant mieux !

      Je vous souhaite une belle journée, dans vos si jolies montagnes.
      Geontran

      Supprimer
  6. Tes pensées ont la couleur de...tes pensées-fleurs : vives et ardentes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Capucyne,

      Les pensées vives et ardentes sont le reflet d'une vie intensément vécue ! Assurément en couleurs !

      Bonne journée, le week-end s'amorce joyeusement.
      Pierre

      Supprimer
  7. C'est drôle ça (pas au sens rigolo ;-)... une étagère de bibliothèque raconte mieux un homme que tous les discours ?
    Alors pour ma part, je dirais la bibliothèque entière parce qu'avec mon cerveau organisé, chaque étagère rassemble un thème :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je ne suis pas étonné ! Tu vois, ma maxime est vraie : nos bibliothèques en disent beaucoup sur nous.

      En fait, cette double étagère est celle qui jouxte mon bureau. Elles abritent les merveilles dont je me distrait à chaque instant que je devrais passer à travailler ! Mais il est incontestable que toutes mes étagères sont aussi joyeusement mélangées !

      Je te souhaite une très douce et heureuse journée, Estelle. Le printemps trébuche un peu, mais il s'approche.
      Pierre.

      Supprimer
    2. Je te chambrais, mais je suis d'accord ;-)
      Oui ce printemps trébuche un peu... mais il me tarde maintenant.
      Passes un bon week-end, bises

      Supprimer
  8. Merci pour tes aphorismes Pierre. Je me retrouve bien dans ton code de la route. Comme toi je n'ai aucun sens de la ligne droite à un tel point que quand je prends des photos toutes les structures retrouvent l'allure de la tour de Pise. Quant à l'observation de mes étagères de bibliothèque la première chose qu'on découvre sur moi c'est que je n'aime pas faire le ménage et que les mes livres sont bien ornées de la belle dentelle laissée par les arraignées! Belle journée au soleil avec ta petite famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très réjouissant ! Comme toi j'aime tout ce qui est un peu penché, déséquilibré, désordonné. J'y vois de la joie et un heureux relâchement. Enfin, au fond, je suis comme ça sans l'avoir choisi... mais ça me va très bien ! Le plus important, c'est que je m'y retrouve. Je sais où sont mes livres dans le joyeux désordre de mes bibliothèques. Et chacune de mes plantes dans mes plates-bandes un peu sauvages.

      Bonne journée Judith,
      Pierre.

      Supprimer
  9. Que j'aime ces chemins de traverse où l'ont fait les plus belles rencontres, c'est là que la pensée vagabonde fleurit.
    Merci, merci, bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est si vrai. On y promène son humeur vagabonde et la rencontre opère.

      Bonne semaine chère Colo.
      Les giboulées sévissent ici - et le jardinier craint la grêle...
      Geontran.

      Supprimer

Réflexions d'un printemps attendri

  J'ai aimé, été aimé, et son cœur n'en a fait qu'à ma tête. Comme je ne savais pas si je devais en rire ou en pleurer, j'ai...