jeudi 27 septembre 2018

Portraits de la faune sous la flore #2

Le ver de terre, la taupe et le rouge-gorge

 

entrée de la maison
La flore accueille la faune à l'entrée de notre monde

 

Le ver de terre,

 

" ? "

Je l'ai déterré alors que je bêchais. Il s'est étiré péniblement, à tel point que j'ai pensé l'avoir réveillé au milieu d'une sieste. Je lui ai présenté mes excuses, sans succès : lui s'est fait tout petit pour me signifier sa rancune. 

Il s'est ensuite allongé, allongé encore, encore, un peu plus encore ; pour finalement s'arrondir, jusqu'à se donner des airs de point d'interrogation. Devant mon silence, il a recommencé son manège, une, deux fois, avant de plonger sous terre dans une dernière calligraphie.

Ondulations calligraphiques

Tout de même, quel toupet ! Mais d'où lui vient un tel snobisme ? Et bien, c'est que notre oligochète courroucé est au nombre des alchimistes qui font de nos sols des terres accueillantes pour les vivaces de tout poil. Tout de même, Monsieur Geontran, tout de même !


La taupe,




Elle fait de la pelouse un champ de ruines. Ses monticules sont autant de points qui surgissent au milieu d'une phrase bien tournée. Ah non, ça ne se passera pas comme ça ! Si elle montre le bout de son nez, elle tâtera de ma bêche ! 


terre meuble à donner !
Une taupinière ? Non, une livraison de terre meuble !

Je guette devant l'herbe, immobile, attentif comme un chat. Soudain le sol s'agite. Une petite éruption troue le jardin. Des grumeaux de terre, d'abord, puis deux pattes larges comme des mains de paysan qui précèdent un visage de rien, tout nu et rose. Elle a cet air perdu qu'on seuls les êtres sincères. Ma rancœur disparaît en même temps que mes espoirs d'avoir un jour un carré de gazon soigné.

Maladroitement, je cache ma bête derrière mon dos et bredouille des excuses. Mon amie la taupe me fait le présent d'une grosse pelletée de terre meuble ! Et moi qui n'ai pas le moindre ver de terre à lui offrir en échange. Si j'avais su...

Et le rouge-gorge


J'aime jardiner seul.

Souvent, je jardine seul - ou presque, car un rouge-gorge me tient compagnie. Il joue à faire pétiller les graines que révèle le mouvement répétitif de mes mains. Je griffe, griffe encore, et lui mange et danse, sans se lasser. Il me suit comme on ponctue une phrase, en sautillant. 


Il rivalise de beauté avec le fabuleux aster "Asran"

Je rêve du tableau qu'il m'offrira lorsqu'il se posera sur une branche, au dessus d'un massif, à la façon d'un chapeau qui coifferait sans un bruit les cheveux de mon jardin. Lui rêve du ver de terre que je lui offrirai bientôt sur un plateau de feuilles mortes.


J'aime jardiner seul, avec pour compagnie la solitude complice du rouge-gorge.

15 commentaires:

  1. Ton ver de terre a bien fait de entrer sous terre après son exercice de style car les deux autres affamés n'en n'auraient fait qu'une bouchée !
    Je crois que tout jardinier a son rouge-gorge, le mien me suit partout et chante pour moi. Nous sommes en pleine ville et nous avons la chance de ne pas avoir de taupe.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sylvaine,

      Je suis heureux de te lire ici.

      Oui, la ville n'arrête pas les rouge-gorges (à la différence des taupes !). Rien n'arrête les rouge-gorges, en fait, pourvu qu'il y ait quelque graine à glaner. Ils nous suivent, chantent, et embellissent chaque seconde que nous passons au jardin.

      Bon week-end !

      Supprimer
  2. Tu m'as bien fait rire avec la taupe! Et bien ici je ne la vois jamais, elle laisse juste des traces de son passage dans les massifs; j'ai de la chance,e elle ne va jamais dans la pelouse!
    La tienne doit être mal éduquée!

    J'ai un rouge-gorge aussi mais il préfère m'espionner et rester derrière moi, et bien sûr, comme tous les rouge-gorges, il va inspecter ce que j’ai fait peu avant!

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as une adresse d'école pour taupe, n'hésite pas à me la donner ! Manifestement, la tienne à suivi une scolarité rigoureuse dans les meilleurs établissements. La mienne a dû faire l'école buissonnière !

      Oui, c'est vrai, les rouge-gorges ont un côté "inspecteur des travaux en cours" !

      Je te souhaite un doux et joyeux samedi

      Supprimer
  3. sais tu que le poids total de vers de terre du monde équivaut au poids total de tous les êtres vivants sur terre (hormis les vers de terre of course!)
    Quant à la taupe, ici aussi elle sévit, mais parfois nos chats nous en ramènent une sur la terrasse..et le chéri lui les piège, sinon, le jardin ressemblerait à une terre bombardée..la forêt est au bout du jardin, qu'elles y restent..
    en plus du rouge-gorge, ici, c'est le merle qui m'accompagne, bien plus fripon encore!
    je te laisse jardiner (seul) et à bientôt
    bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine,

      Non, je n'en savais rien et je suis épaté ! Je ne les regarderai plus de la même manière. Ce sont des animaux extraordinaires pour qui s'y intéresse (ce que je vais faire).

      Ah, je n'ai pas de chat. Ma chienne les chasse sans pitié. Elle ne s'en prend pas trop aux taupes mais a déjà tué plusieurs campagnols. Je ne lui en veux pas trop car ils sont une plaie pour les cultures, à la différence des taupes... qui sont une plaie pour les vers de terre !

      Joyeux week-end de jardinage !

      Supprimer
  4. Tu sais que le rouge-gorge est l'ami des jardiniers et qu'il aime à s'en approcher lorsqu'il se met en quête de nourriture, c'est un ami nécessaire et utile qui s'invite lorsque l'automne s'installe, souvent au ras du sol ou des arbres, il est un indispensable...
    La taupe fait des ravages, ici ce sont les rats taupiers, toujours au mêmes endroits, je les pistent pour mieux les exterminer, mon jardin va devenir un labour si je les laisse se multiplier d'autant qu'ils le font vite, un peu trop vite à mon goût et qu'ils se gavent de plantes et d'oignons de fleurs, grrr
    Ici il fait grand beau temps, je suppose que chez toi c'est pareil
    Je te souhaite un très bel après-midi, au jardin ou ailleurs, profite quoi qu'il en soit
    A tout bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les rats-taupiers sont les jumeaux maléfiques des taupes !
      Ils mangent les racines et multiplient les galeries dans les massifs. Je suis infiniment moins indulgent à leur égard (même si mon cœur est toujours trop tendre à l'instant fatidique d'exterminer autrui, fût-il mon ennemi et celui de mes chères fleurs !)

      Je te souhaite de venir à bout de ce fléau des jardinier(e)s ! Et surtout de profiter de ton jardin et de la douceur de l'automne.

      Supprimer
  5. Coucou Geontran,
    j'aime bien tes histoires, elle me rappellent celles des livres pour les enfants. Comme eux l'auraient eu, j'ai senti un petit frisson d'angoisse à l'idée de cette bêche prête à frapper... mais ouf, tu es un gentil jardinier et tu sais tirer des avantages de la présence de cette taupe au beau milieu de ta pelouse :-) Quant à ce discret compagnon de jardinage, il me fait découvrir un nouvel aster, tout en finesse et au doux nom : Asran. Belle soirée Geontran!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathalie,
      Ton commentaire me touche beaucoup. J'écris toujours en pensant que mes enfants me lisent... et frissonnent, et rient parfois.

      L'aster Asran est fantastique. J'écrirai à son sujet. Son feuillage et son port sont uniques.

      Belle journée, Nathalie !

      Supprimer
  6. :-)

    Chaque été à notre retour de vacances, j'avais droit à mes petits tas de terre tous frais pour agrémenter mes potées… Point de petit tas de terre cette année… J'espère que ma petite taupe ne souffre pas trop de cette sècheresse.

    Ici, je n'ai pas forcément de rouge gorge qui me tient compagnie, mais un couple de tourterelles qui s'est habitué à ma présence et qui vient boire au bord de la mare, après avoir fait une halte sur l'abri de jardin. Elles ont bien dû repérer qu'il y avait 2 fauves ici ;-)

    Profites bien de ce week-end, avec la faune, la flore, les bambins… ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis chez toi la même tendresse que celle que j'ai pour ma taupe. J'ai préféré renoncer à mon gazon anglais. C'est d'ailleurs comme ça que j'ai commencé à envisager l'idée d'une pelouse d'achillées.

      C'est sûr, l'absence de chat dans mon jardin et la tendresse inédite que nourrit ma chienne pour les oiseaux fait de mon jardin un endroit très fréquentable pour nos amis ailés !

      Profite également de flore, faune, bambins et douceur familiale ! Bon week-end, Estelle.

      Supprimer
  7. Bonjour Geontran,
    Tes mots sont bien jolis pour raconter le vie d'un jardin avec quelques locataires. Ton texte est comme une poésie.
    En hiver, j'ai aussi un petit rouge-gorge et il se promène en général sous les arbustes et lorsque nous avons de la neige, j'aime voir cette jolie boule orange :-)Le tien, sur la photo est tout mignon!.
    Je te souhaite un excellent week-end ensoleillé et bon travail dans ton havre de paix.
    Mes amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise !

      Un rouge-gorge l'hiver, c'est une touche de couleur dans la pâleur végétale. C'est un spectacle d'une beauté incomparable. Dans la neige, c'est tout simplement étourdissant.

      Un heureux week-end, Denise, de douceur et de soleil à peine voilé.

      Supprimer
  8. voilà des moments au jardin comme je les aime
    bon samedi au jardin

    RépondreSupprimer

D'une phrase une fleur #5 - Geranium 'Pink Penny'

Intimidé par l'automne, le jardin pique un far ; veines lilas et rose aux joues. Toute petite scène d'automne (Le geranium &...