vendredi 28 septembre 2018

Belles d'un jour

À l'éphémère nul n'est tenu, évidemment. 

Certaines espèces de fleurs portent en elles l'allégorie du temps qui passe, nous emporte dans sa fuite, file comme le sable entre nos doigts. Comment ne pas souligner le lien particulier qui nous unit à elles ? Comment ne pas célébrer leur force incantatoire, de fragilité vêtue ? Cette force, cette fragilité, sont un peu les nôtres.

belle de londres
Voilà une Belle de Londres que n'aurait pas reniée Ronsard (Compassion - Harkness 1972)


De la rose de Ronsard aux lys d'Apollinaire, nos fleurs jumelles ont tissé le poème de la fuite du temps. 

Les belles d'un jour qui habitent mon jardin sont de cette trempe. En grec, on dit : hemera, le jour ; et kalos, la beauté. Dans la belle langue fleurie de nos esprits jardiniers, on les appelle les hémérocalles. 


Mignonne, allons voir si l'hémérocalle...

 


La vie d'une fleur d'hémérocalle s'étend des premiers frissons de l'aube jusqu'aux derniers frémissements du crépuscule. La veille, rien ne permettait de soupçonner le réveil imminent d'un bourgeon endormi ; le lendemain, la fleur flétrie, insigne, ne saura témoigner de sa récente coruscation. Car entre hier et demain notre fleur d'hémérocalle joue une représentation d'une rare intensité, que seule la singularité autorise. Chaque instant compte ; chaque sourire, éclat, reflet, est unique ! Comment ne pas être ému de notre héroïne tragique ? Comment ne pas tomber sous le charme de son costume, son jeu, sa vitalité ?



hémérocalle et oeillets d'inde
Hémérocalle Buttercup Palace et son public : œillets d'Inde, lobélies et acanthe spinosus


Chaque soir, l'actrice principale s'en va avec la pièce. Le soir suivant, une nouvelle étoile prendra sa place. Ainsi, un jour chassant l'autre, la pièce sera jouée dans le théâtre du jardin pendant toute la période de floraison.  

Show must go on ! 
Faner sur scène, à l'acmé de sa gloire, quel privilège !


Le bal des débutantes


Il existe de nombreuses hybridations d'hémérocalles : plusieurs dizaines de milliers sans doute. Elles sont souvent le fruit du travail de jardiniers amateurs, l'opération étant à la portée de toutes les mains délicates. Le résultat est plus ou moins exotique, excentrique ou sage, pastel ou aveuglant ; et beau, toujours... en plus d'être délicieux. 

Délicieux ? Certainement, car l'hémérocalle se révèle un met de choix pour palais fins et audacieux. 

hemerocalle et niwaki
Wow ! - et Miam ! (Hémérocalle Buttercup Palace)
 
Au japon, elle est un élément établi de la gastronomie. Bourgeon croqué d'une dent gourmande, fleur farcie, tubercule finement râpé, votre inventivité agrémentera ce cadeau du jardin. Pour vous donner une idée, la saveur de l'hémérocalle rappelle celle... de l'hémérocalle. C'est un goût unique, nouveau, qui demande à être apprivoisé mais offrira en retour de nouvelles sensations à votre gourmandise.


Mon bonheur passait - il a fui



Mon jardin naissant abrite deux hémérocalles : Buttercup Palace, qui rehausse de son jaune d'or le camaïeu de vert d'un massif d'armoises et acanthes ; et Crimson Pirate, qui promène la profondeur de son rouge en compagnie d'une joyeuse bande de dianthus Sooty aux accents nigrescents.

Inutile de vous dire que j'attendais avec impatience leur floraison, au début de l'été. La première a été dégustée en salade, et la seconde... et bien, la seconde s'est passée de moi. Était-ce la perspective d'être mangée ? Je n'en sais rien, toujours est-il que je n'ai pas été convié à sa première représentation. 

Comment l'ai-je su, si je n'étais pas là ? 
Et bien c'est très simple. Écoutez plutôt...

Mon aînée faussement exemplaire a pour habitude de traîner ses guêtres dans le jardin en rentrant du collège. Elle a ainsi tout loisir de piller sans vergogne - mais avec appétit - le potager de fruits rouges. Entre deux bouchées, elle admire les merveilles qui nous font l'honneur de fleurir nos plates-bandes.

Mlle Crimson Pirate... deuxième de la saison...
Un soir, elle me posa de toute son infinie candeur cette question : dis, papa, quelle est ce superbe lys rouge à côté des œillets ? Aucune idée, lui ai-je répondu, sincère et intrigué. Allons voir ! 

hémérocalle et oeillet
Et dire que je n'étais pas là pour la première !

Joignant l'action à la parole, nous conduisîmes nos curiosités respectives devant le spécimen qui avait eu la faveur de son regard. Hélas ! la pièce était terminée, le rideau clos, et l'actrice s'en était allée avec les viva de son public d'un soir : quelques bourdons, un scarabée, une poignée de fourmis, deux œillets au teint rougi par l'admiration.

À ce moment, je compris que j'avais raté la première floraison de Mlle Crimson Pirate Hemerocallis. 

La déception passée, j'ai compris autre chose, d'infiniment plus important : la nature se passe très bien de nous ; à la différence de l'Homme, elle n'a nul besoin d'un regard pour être belle.


13 commentaires:

  1. Bonjour Geontran,

    Quel bonheur de te lire. Tes mots m'emmènent dans ton jardin si joliment fleuri et chaque fleur a son histoire.
    Cet été, j'avais un grand pot d'hémérocalles or. Il y a fort longtemps, 18 ans je crois, ma cousine m'a offert de son jardin deux, trois de ces fleurs. La première année, cela n'a rien donné mais plus les années passaient, plus elles devenaient belles et nombreuses et chaque matin, j'allais leur rendre visite pour admirer le nouveau bouton et lui souhaiter la bienvenue ensuite, je partais en courses. Tu m'as appris que cette fleur était comestible, je ne savais pas!

    J'aime beaucoup ton dernier paragraphe.

    Beau week-end Geontran avec mes amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Denise,

      Elle est non seulement comestible mais également savoureuse. La saveur est assez étrange au début ; j’aime bien la marier avec des notes plus acides pour l’apprivoiser un peu.

      Belle journée, ici sous la pluie,
      Geontran.

      Supprimer
  2. comme tes écrits sont émouvants, ta plume lyrique sait conter comme nul autre pareil les beautés du jardin
    Lakmé, mon opéra favori, je l'écoute et mon âme s'envole tout comme mon coeur chavire
    j'ai eu la chance de le voir au théâtre de la comédie, moment d'exception..
    je te souhaite une merveilleuse journée baignée de belles heures et de jolis mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un lieu d’exception pour un opéra d’exception.

      Le jardin se raconte tout seul, je ne fais que retranscrire son murmure tel que je le perçois. Je suis toujours surpris et touché que le récit que j’en fais soit apprécié.

      Une belle journée bercée de pluie douce,

      Supprimer
  3. Et voilà encore une jolie histoire :-) le jardinier-poète se fait l'ogre de ses fleurs! Je n'ai jamais tenté ce mets, peut-être l'année prochaine quand refleuriront les hémérocalles... mais je ne promets rien ;-) Compassion mérite toute mon admiration, son ton rose-abricot irradie la rose d'une douce lumière! Bon dimanche Geontran avec ta petite famille si attentive aux floraisons du jardin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathalie,

      Compassion est un rosier grimpant formidable. Il a reçu le label allemand ADR qui est un gage de sa résistance et de sa constance. Ses couleurs sont d’une incomparable douceur.

      Bon mercredi, qui vient à point nommé couper la semaine de sa fine pluie.

      Supprimer
  4. Une jolie histoire, comme je les aime :-)
    Il y a peu d'hémérocalles dans mon jardin. La première année, j'ai dû arracher un massif entier qui en était envahie et je continue encore chaque année d'en retirer. Sa couleur jaune m'agressait trop à l'époque.
    Depuis, j'en ai racheté quelques pieds aux tons plus rosés, mais je n'ai pas encore eu le bonheur de les voir en fleur… Trop d'ombre ? Terre trop sèche… Je ne suis pas prête de les gouter un jour ;-)
    Belle fin de dimanche. Ici la cheminée est allumée et je vais pouvoir me poser un petit moment avec un bouquin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Estelle,

      La terre sèche, pas forcément, sauf si elle manque de profondeur. L’ombre, possible, elles aiment le soleil. Une autre piste : elles n’aiment pas du tout la concurrence des racines.

      Ici aussi la cheminée fume, le matin seulement ; mais quel plaisir !

      Je te souhaite un mercredi de pluie heureuse.

      Supprimer
    2. Coucou, je les ai plantés au soleil (mi journée) mais autour de l'amandier… Mais chez moi, qui dit arbres, di ombre, dit racines… Pfff... Tu pourrai me redonner le site de ton oncle stp ?
      Oui belle journée pluvieuse :-)

      Supprimer
    3. Bien sûr : https://www.jardindumorvan.com
      Les plantes de son chapitre 3 sont toutes d'indestructibles vivaces supportant et appréciant même la concurrence des racines et l'ombre sèche et archisèche. Ses conseils sont toujours avisés et ses plantes d'une qualité constante.

      A priori on devrait avoir le week-end pluvieux de nos rêves. La terre enfin devrait boire...

      Amitiés,

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Oups j'ai supprimé le commentaire… Je t'envoie un mail.

      Supprimer
  5. j'aime bien ces hémérocalles
    je pourrai même dire que sont des chouchoutes dans mon jardin

    RépondreSupprimer

D'une phrase une fleur #5 - Geranium 'Pink Penny'

Intimidé par l'automne, le jardin pique un far ; veines lilas et rose aux joues. Toute petite scène d'automne (Le geranium &...